Articles avec #education canine tag

Publié le 19 Novembre 2020

Communiqué du Groupe de travail pour l'agility (GTA) du 19 novembre 2020 :

Le bien être animal fait l’objet de toutes les attentions depuis quelques années. Le bien-être d’un animal est l’état mental et physique positif lié à la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux, ainsi que de ses attentes. Cet état varie en fonction de la perception de la situation par l’animal (ANSES 2018).

Ci-dessus, vous pouvez télécharger l’avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif au bien-être animal (PDF)

Dans notre discipline, l’agility, nous sommes nous aussi concernés par le BEA, certes dans notre vie de tous les jours auprès de notre compagnon à quatre pattes mais aussi dans nos apprentissages et/ou entrainements/ concours d’agility.

Les 4 et 5 janvier 2020, nous (les formateurs en monitorat d’agility), nous nous sommes réunis sous la houlette de Patrick Servais, afin de réfléchir ensemble à une nouvelle mouture du MAG 1 (Monitorat d’agility 1) : l’agility depuis 1987, est en constante évolution mais nous avons maintenant suffisamment de recul face à cette évolution pour proposer des apprentissages adaptés amenant à de meilleures performances tout en respectant l’intégrité physique et mentale de notre chien.

Ce travail de recherche a abouti à une nouvelle mouture du MAG 1.

Ci-dessus, vous pouvez télécharger le document "Les apprentissages en agility et le bien être animal"

Nous pensons que le document ci-dessus peut intéresser les compétiteurs, futurs compétiteurs et bien d'autres. Il ne se veut pas prescriptif mais donne une ligne de conduite dans les apprentissages qui nous semble intéressante. Le contenu est développé plus largement en pratique lors d’un stage MAG 1.

Nous pensons aussi que c’est le rôle du GTA que de vous tenir informé des recherches en cours.

En attendant des jours meilleurs et le retour sur nos terrains, nous vous souhaitons une bonne lecture.

Maryannic JOURDEN
Formatrice MAG et responsable du GTA.
Pour la CNEAC (Commission nationale éducation et activités cynophiles)

Voir les commentaires

Publié le 11 Mars 2019

Ce weekend du 9 et 10 mars se déroulait sur le terrain de l'école un stage de proprioception animé par Élodie Chaplin. Limité à 5 participants par demi journée, ce stage fut très riche en enseignement, voir découverte pour certains.

Stage de proprioceptionStage de proprioceptionStage de proprioception

Qu'est-ce que la proprioception ?

La proprioception (formé de proprio-, tiré du latin proprius, « propre », et de [ré]ception) ou sensibilité profonde désigne la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps.
Elle fonctionne grâce à de nombreux récepteurs musculaires et ligamentaires et aux voies et centres nerveux impliqués. La proprioception a été d'abord caractérisée chez les humains. Le terme fut proposé par Charles Scott Sherrington en 1900 et 1906. Les prochains paragraphes détaillent ainsi nos connaissances sur la proprioception avec les êtres humains. Mais la proprioception paraît s'observer aussi avec de nombreux animaux. Plus récemment, une proprioception a été découverte chez les plantes. Le rôle concret de la proprioception paraît lorsque par exemple on pose le bout du doigt sur le bout de son nez les yeux fermés.

Chez le chien, le travail de la proprioception, lui permet de tirer le meilleur parti de ses facultés motrices et sensorielles, afin d'optimiser ses aptitudes sportives et motrices. L'exemple même d'un chien qui a un déficit de proprioception se retrouve chez certains individus qui courent après leur queue ou qui cherchent à se mordre une patte (comme si ces parties de leur corps ne leur appartenaient pas, comme s'ils n'avaient pas conscience de ces membres). Mais ces comportements peuvent aussi avoir d'autres raisons pathologiques.

Voir les commentaires

Publié le 28 Avril 2018

La position coucher étant la plus facile : ça tiend...

La position coucher étant la plus facile : ça tiend...

... ou pas. Mais répéter l'ordre porte ses fruits !
... ou pas. Mais répéter l'ordre porte ses fruits !

... ou pas. Mais répéter l'ordre porte ses fruits !

Voir les commentaires

Publié le 24 Février 2018

La sociabilisation (entre les chiens de races différentes) et le maintien de la position (aussi improbable soit-elle, même quand le maitre s'en va) est à la portée de tous avec un peu de travail...

Sociabilisation & Maintien de positions
Sociabilisation & Maintien de positions
Sociabilisation & Maintien de positions
Sociabilisation & Maintien de positions
Sociabilisation & Maintien de positions
Sociabilisation & Maintien de positions

Voir les commentaires

Publié le 27 Août 2010

Éduquer son chien,
c'est vivre en harmonie avec lui et avec les autres
c'est lui permettre d'être bien dans ses poils,
c'est lui donner plus de liberté.
En bref, c'est pour lui, pour vous, et pour les autres

Les objectifs de l'école canineLes objectifs de l'école canine
  • L'objectif de l'éducation canine est la bonne intégration du chien dans la vie de tous les jours, dans la famille et dans la société. Elle s'adresse à tous les maîtres de chiens, de toute race ou croisé, de toute taille, qu'ils soient chiots ou adultes, avec papier ou sans.
  • Les clubs d'éducation canine sont là pour vous aider et vous conseiller sur les attitudes et les comportements qu'il est bon d'adopter avec son compagnon.
  • Vous y apprendrez les règles et les techniques pour rendre votre chien attentif à vos demandes.
  • Vous y apprendrez, entre autres, à faire marcher votre chien à vos côtés, avec ou sans laisse, à le faire s'asseoir ou se coucher, à ne pas sauter sur les gens, à évoluer au milieu de personnes étrangères et d'autres chiens, à le rappeler...
  • Vous y apprendrez comment montrer clairement à votre chien ce que vous voulez de lui, comment le motiver pour obéir, comment développer une attachante complicité avec lui.
  • Vous y découvrirez également d'autres disciplines canines et pourquoi pas, peut-être, vous laisserez-vous prendre au jeu (comme beaucoup d'autres).

Voir les commentaires

Publié le 8 Mai 2009

Le premier point important que nous allons aborder dans cet article : pouvoir attirer l’attention du chien en disant son prénom (appelé également « mot d’écoute »). Car il est inutile que le maître demande quelque chose à son chien s'il ne prête pas attention à lui !

Le prénom sert à attirer l’attention du chien pour qu’il écoute l’ordre, donc :

  • Il doit toujours être associé à du positif.
  • Il doit toujours précéder l’ordre.
  • Utiliser toujours le même mot d’écoute (prénom).
  • Ce n’est ni un ordre, ni une réprimande.


CE QU’IL NE FAUT JAMAIS FAIRE :

  • Associer le mot d’écoute avec des éléments négatifs (énervement, interdiction, réprimande...) car il sera plus difficile d’attirer l’attention du chien avec le mot d’écoute s’il sert à gronder. Une fois sur deux, si besoin, utiliser deux mots différents : l'un toujours positif (utilisé comme mot d’écoute), l'autre pour les réprimandes.
  • Si vous prononcer le mot d’écoute en permanence, le chien n’y ferait plus attention.

MÉTHODES DE TRAVAIL pour apprendre au chien à se fixer sur son maître au mot d’écoute :

  •  Associer le mot d’écoute à des signaux qui aident à attirer l'attention du chien : une voix aigüe et attractive, des gestes attractifs (tapoter sur sa propre cuisse...), des déplacements rapides...
  • Associer le mot d’écoute à du positif : des récompenses, des jeux, la gamelle…
  • Exercices : reculer en entraînant son chien, courir en zigzag avec lui, jouer à la chandelle ou à cache-cache, travailler le « Fixe-moi »...


VOICI D'AUTRES POINTS IMPORTANTS POUR QUE LE CHIEN SOIT À L’ÉCOUTE DE SON MAITRE :

Une RELATION MAITRE-CHIEN de qualité :

  •  Développer une relation de confiance entre le chien et son maître.
  • Le maître doit être intéressant pour son chien (jeux, câlins...).

 

Un chien qui est FIXÉ SUR SON MAITRE en éducation :

  • Travailler également des exercices / ordres que le chien aime bien.
  • Exercice possible : cacher une récompense de temps en temps, puis la faire réapparaître et lui donner (pour qu’il comprenne qu’il peut l’avoir à tout moment même si elle n’est pas visible).

 

Un CHIEN RÉCEPTIF au moment de l'exercice :

  • Importance de défouler le chien avant le travail dans la phase d'apprentissage de l’ordre (pour qu'il soit moins distrait par les stimuli et qu’il se concentre plus facilement).
  • Travailler sans distraction dans la phase d’apprentissage si besoin (pour que le mot d’écoute soit plus attractif que les distractions) et les augmenter progressivement.

 

Nous verrons la prochaine fois comment donner l’ordre

Voir les commentaires

Publié le 8 Mai 2009

Dans l’article précédent, nous avons vu l’importance de pouvoir attirer l’attention du chien avec son prénom pour pouvoir donner l’ordre. Nous allons parler cette fois-ci de l’ordre, qui est un véritable mot-clé. L’objectif est de prononcer le mot-clé de l’ordre, sans mot parasite, avec la bonne intonation, sans contredire l’ordre avec sa gestuelle.

Le mot-clé doit être simple à comprendre par le chien

  • il doit être court et clair (exemples : viens, assis…).
  • il doit être précédé du mot d’écoute pour attirer l’attention du chien, systématiquement dans la phase d’apprentissage, ou si le chien n’est pas à l’écoute (après la phase d’apprentissage).

Attention à la cohérence entre le verbal, le para-verbal et le non verbal

Le chien est très sensible au para-verbal (intonation, force de la voix,  accentuation...) et au non verbal (gestes, postures, mouvements, mimiques, regard...) :

  • Le mot-clé doit être dit avec un ton ferme, calme et impératif selon le caractère du chien.
  • Attention aux émotions « négatives » que l'on contrôle difficilement : énervement, colère.... (le chien est sensible aux variations de nos pupilles !).
  • On peut s’aider d’un ordre non verbal pour renforcer ou remplacer le mot-clé (par exemple : lever la main pour l’ordre « assis »).

L’apprentissage du mot-clé se fait par répétition du commandement
Il faut toujours utiliser le même mot-clé pour le même ordre.

Un seul mot-clé pour différents degrés de rigueur en fonction du contexte ?

  • Certains ordres nécessitent d’être très précis dans certaines circonstances, mais peuvent être plus souples dans d’autres. Par exemple, il est utile d’avoir une marche en laisse souple pour les balades (le chien peut aller où il veut tant qu’il ne tire pas sur la laisse) mais il est également utile d’avoir une marche au pied avec un chien « plus sage » (à la hauteur de la jambe, toujours du même côté…) parmi une foule par exemple.
  • Un même mot-clé qui a plusieurs degrés de rigueur en fonction du contexte perturbe le chien et l’entraîne à désobéir. Il peut donc être intéressant parfois de différencier les mots-clés en fonction de la rigueur que l’on demande pour cet ordre. Attention cependant à ne pas trop multiplier les mots-clés (le chien doit les apprendre !).

NE JAMAIS FAIRE

  • Crier le mot-clé (chuchoter en adoptant une posture ferme plutôt que crier).
  • Donner le mot-clé alors que le chien n’est pas à l’écoute.
  • Dire des mots parasites. Si le maître prononce pleins de mots (ex. : allez, non, qu’est-ce que tu fais…) en plus du prénom et du mot-clé, il sera plus difficile pour le chien d’isoler le mot-clé.
  • Faire des gestes parasites.
  • Dire des mots-clés différents pour un même ordre/même rigueur.

Voir les commentaires

Publié le 8 Mai 2009

Les récompenses

Quelques conseils pour les récompenses

Dans les articles précédents, nous avons vu l’importance du prénom et de l’ordre, qui est un véritable mot-clé. Voici quelques infos cette fois-ci sur les récompenses. L’objectif de la récompense est de motiver le chien pour obéir, de lui montrer que l’on est content de lui et de lui « indiquer » qu’il a bien obéi. Stimuler les centres du plaisir permet de motiver le chien mais également l’aide à comprendre, à mémoriser...

Une récompense immédiate

Pendant la phase d’apprentissage, il est primordial de récompenser immédiatement après l’exécution de l’ordre, pour que le chien associe l’exécution de l’ordre avec la récompense, et non un autre comportement qu'il aurait exprimé entre le comportement recherché et la récompense (pour les fanas de lois, cela s’appelle la loi de contiguïté temporelle).

Les types de récompenses possibles :

  • Récompense alimentaire (attention : petits morceaux, rapides à attraper, faciles à manipuler).
  • Récompense de type activité (jouer avec lui, lui donner un jouet, partir se promener...).
  • Récompense sociale (regard, félicitations, caresses...).

 

Remarque sur les félicitations :

  • Utiliser une intonation caractéristique et agréable : être joyeux, chaleureux, doux, en insistant sur les mots, avec un visage expressif.
  • Si besoin être démonstratif, monter dans les aigus, parler comme à un bébé ...
  • Être encore plus démonstratif dans la phase d’apprentissage.
  • Attention à ne pas déconcentrer ni exciter le chien.

 

Utiliser une récompense motivante pour le chien : Il est important de vérifier « l'efficacité » des récompenses (attitude très motivée et joyeuse du chien quand il voit la récompense).

Comment augmenter l'efficacité de la récompense ? Jouer sur :

  • Le choix de la récompense (croquettes ou steak ?).
  • La période de privation (chien à jeun, période sans jouer ?).
  • L'excitation, la frustration (agiter la friandise devant le chien...).
  • La rareté de la récompense (ne pas utiliser une friandise qu’il a souvent dans la journée…).

 

Désensibiliser à la récompense rapidement après la phase d’apprentissage (dès que l’ordre est appris). Pour être efficace et pratique ensuite, la récompense doit devenir aléatoire. L’objectif est de passer de la récompense immédiate systématique (qui permet d'apprendre l'ordre) à la récompense aléatoire différée (qui permet de rendre l'apprentissage durable). À appliquer pour chaque ordre à acquérir.

1ère étape : utiliser « le programme continu » (récompense systématique et immédiate) : donner la récompense immédiatement à chaque exécution réussie de l'ordre.

2ème étape : passer du programme continu au programme aléatoire et différé :

- « le programme aléatoire » :

  • Diminuer très progressivement la fréquence moyenne de la récompense : ne pas donner la récompense 1 fois sur 10, puis 2 fois sur 10…
  • Augmenter très progressivement le nombre de répétitions successives sans récompense.
  • Le chien ne doit jamais savoir quand il aura la récompense

 

- « le programme différé » : donner la récompense avec un temps de latence (augmenter la durée progressivement) puis à la fin d'une série d'exercices.

 

À NE JAMAIS FAIRE :

  • Ne plus jamais récompenser un chien qui exécute correctement l’ordre (au minimum des félicitations). C’est la loi d’extinction.
  • Ne pas récompenser immédiatement après le comportement recherché (phase d’apprentissage). Le chien ne pourrait pas associer la récompense au bon comportement.
  • Et pire, récompenser un chien après l’exécution de l’ordre, mais trop tardivement, et le chien a désobéi entre temps. Le chien associerait la récompense au mauvais comportement effectué entre l’exécution de l’ordre et la récompense.
  • Récompenser une mauvaise exécution de l’ordre.
  • Utiliser des récompenses trop peu motivantes.
  • Ne jamais passer de la récompense systématique à la récompense aléatoire et différée.
Les récompenses

Voir les commentaires