chiens ?

Publié le 17 Janvier 2023

Interdiction des « colliers de dressage »

Maltraitance animale : l’Assemblée nationale vote l’interdiction des « colliers de dressage »
Les députés de l’Assemblée nationale ont voté, ce lundi 16 janvier 2023, en faveur d’une proposition de loi déposée par le groupe parlementaire Renaissance, visant à interdire les colliers de dressage sur les chiens et les chats. Adopté en première lecture, le texte doit désormais être transmis au Sénat.

L’Assemblée nationale a voté à la quasi-unanimité, lundi 16 janvier 2023, en soirée, une proposition de loi pour interdire les colliers dits de « dressage », électriques, étrangleurs et à pointes sur les chiens et les chats, en raison des souffrances qu’ils provoquent.

Adopté en première lecture par 111 voix contre 5, ce texte doit désormais être transmis au Sénat. Les seuls votes contre sont venus du Rassemblement national, divisé avec également 19 pour et 6 abstentions.


Des colliers « pas efficaces et contre-productifs »
La proposition de loi était portée par la députée Renaissance Corinne Vignon, en lien avec la Fondation Brigitte Bardot. « Brûlures », « perte de poils », comportements de « terreur », « paralysie », l’élue de Haute-Garonne a dénoncé à la tribune les « lésions physiques et psychiques » que causent aux animaux ces « colliers de dressage » coercitifs, « pas efficaces et contre-productifs ».
Le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a salué « une avancée en faveur de la lutte contre la maltraitance animale », au moment où les « attentes sociétales sont de plus en plus fortes » en la matière.

Jusqu’à 3 750 € d’amende en cas d’usage
Le texte vise à interdire « l’utilisation sur les chiens et les chats de tout dispositif à décharge électrique, étrangleur sans boucle d’arrêt ou dont les pointes sont tournées vers le corps de l’animal ». Tout contrevenant s’expose à une amende administrative de 750 €, voire 3 750 € en cas de récidive ou pour les professionnels du dressage.
Ajoutée en commission, une dérogation est prévue pour les services des armées utilisateurs de chiens et pour les opérations de capture d’animaux dangereux et errants.
L’exception accordée aux militaires a été critiquée par la LFI Anne Stambach-Terrenoir.

Pour suivre l'état d'avancement de cette loi cliquez sur cette phrase.

Publié par Ouest-France / AFP le 17/01/2023 à 02h29
Lien vers l'article originel : https://www.ouest-france.fr et autres ressources sur le même sujet : ici

 

Lire la suite

Publié le 16 Juillet 2022

Publié le 15 Juillet 2022

Il y a encore quelques années, nous étions persuadé qu’avec l’arrivée du froid, les puces et les tiques n’étaient plus un problème, jusqu’à ce que nos chiens se mettent à se gratter frénétiquement et que l’on retrouve, sur eux, plusieurs tiques ou puces.

En hiver, ne baissez pas la garde !

La tique : fascinante et redoutable

La tique est l’un des parasites les plus redoutés des propriétaires de chiens. Et pour cause : bien que toute petite, la tique est très dangereuse, pour nos poilus comme pour nous. Son cycle de vie se décompose en trois étapes :
1. Les œufs éclosent à huit semaines. À peine sorties de leur coquille, les larves attendent patiemment un hôte à même le sol, duquel elles suceront le sang avant de se décrocher et de tomber par terre. La métamorphose de la larve en nymphe commence.
2. Les nymphes se hissent en hauteur dans les feuillages pour attendre leur nouvel hôte. Après une nouvelle ingestion de sang, les nymphes deviennent des tiques adultes.
3. Une fois accrochées sur leur troisième victime, les tiques se gorgent de sang. L’accouplement a lieu sur ce même hôte, avant de se laisser tomber au sol. Les femelles meurent après la ponte des œufs, et les mâles après l’accouplement. Ce cycle de développement peut durer jusqu’à quatre ans. Pour changer de stade, la tique a impérativement besoin d’un repas : elle se nourrit donc trois fois dans sa vie. Et pour y parvenir, elle possède deux armes redoutables : une patience sans limites et l'organe de Haller.

Situé au bout de ses deux pattes avant, "l’organe de Haller" est un radar qui lui permet de sentir les vibrations et la chaleur des potentiels hôtes présents aux alentours. Perchée sur une tige, elle attend le moment opportun. Dès qu’un hôte s’approche, elle le sent et se met en alerte. Ses petites griffes aux pattes lui permettent de s’accrocher très facilement. Si votre chien croise le chemin d’une tique, aucun doute :
· elle s’agrippera à son pelage,
· remontera jusqu’à son épiderme,
· et y plantera ses crocs pour aspirer son sang.
Selon son stade de développement, le repas dure entre deux et quinze jours, et la tique peut absorber jusqu’à cent fois son poids initial ! Et c’est justement pendant ce repas que la santé de nos poilus est en jeu.

Le danger mortel des tiques

Lorsque la tique s’accroche au pelage du chien, elle n’a qu’un objectif : se nourrir de sang. Elle va d’abord anesthésier la zone avec sa salive pour que sa morsure soit imperceptible. Elle va ensuite enfoncer son rostre dans l’épiderme jusqu’à atteindre un vaisseau sanguin. En parallèle, elle émet une sorte de colle, qui lui permet de rester bien accrochée à sa victime. Une fois installée, elle se gorge de sang en alternant aspirations et rejets : la tique ne prend que ce qu’il l’intéresse dans le fluide sanguin. Le problème, c’est que les tiques peuvent être porteuses d’agents pathogènes responsables de maladies. En rejetant une partie du sang absorbé, elle rejette également ces virus et bactéries, contaminant ainsi l’animal. Malheureusement, s’il est infecté, le chien subit de graves complications :
· La maladie de Lyme : le chien développe des boiteries, et subit des vomissements, de la fièvre et un abattement général. À terme, des troubles rénaux, nerveux et cardiaques peuvent également apparaître.
· La piroplasmose : elle détruit les globules rouges, provoquant anémie et complications hépatiques et rénales. Le chien atteint de piroplasmose est apathique et souffre de fortes fièvres. Ses urines peuvent devenir marron foncé.
· L'ehrlichiose : les symptômes s’apparentent à ceux de la piroplasmose, pouvant également conduire à des boiteries et à une importante perte de poids.
Sans prise en charge vétérinaire et médicale rapide, ces maladies peuvent être mortelles. Ces agents pathogènes sont transmis par les nymphes et les tiques adultes, car elles doivent d'abord avoir mordu un hôte infecté. Détrompez-vous si vous vous pensez protégé des tiques : éviter les zones boisées ne suffit pas. Les tiques sont aujourd’hui omniprésentes, y compris en ville. Des études prouvent d’ailleurs que les jardins privés sont le deuxième lieu principal de morsures de tiques après les forêts. Réchauffement climatique : la période des tiques s’étend !

Les tiques ont besoin de chaleur et d’humidité pour être actives. Leurs pics d’activité se situent donc au printemps et en automne, périodes pendant lesquelles leur vitesse de développement et leur capacité de survie sont maximales.Mais tant que les températures restent supérieures à 3° C, le parasite est actif. En dessous, les tiques entrent dans une phase dite de "diapause". Elles vont généralement s’abriter dans les feuillages morts qui recouvrent nos sols et attendre que les conditions favorables reviennent. Mais celles qui n’ont pas ingéré assez de sang pour survivre n'hésitent pas à braver le froid pour se trouver un hôte. Toutefois, en pleine période hivernale, quelques jours consécutifs de températures douces permettent de les "réactiver". Il faut vraiment qu’il gèle fortement et longtemps pour qu’une tique meure de froid. Pendant la saison froide, ce cycle n’est donc pas stoppé : il est simplement ralenti. Ainsi, il est fréquent d’observer des infestations de tiques toute l’année. Cette année ne fera certainement pas exception avec un automne particulièrement chaud. Les tiques sont encore omniprésentes dans les forêts, les grandes herbes, les chemins de campagne… Cette année plus que jamais, il faut redoubler de vigilance.

- Découvrez quelques moyens de lutte en cliquant sur cette phrase -

En hiver, ne baissez pas la garde !

Les puces restent bien présentes également !

Au même titre que les tiques, les puces ont besoin d’humidité et de chaleur pour se développer. Lorsqu’un chien est infesté de puces, celles-ci se nourrissent de son sang et se reproduisent. Après l’accouplement, les puces femelles commencent à pondre des œufs dans les vingt-quatre à trente-six heures qui suivent, directement dans le pelage du chien. Une puce peut pondre jusqu’à cinquante œufs par jour pendant plus de trois mois. Les œufs, qui finissent par se décrocher et tomber, s’éparpillent partout dans l’environnement du chien :
· le couchage,
· les tapis,
· les couvertures,
· entre les lattes du parquet,
·  etc.
Les larves se nourrissent du sang présent dans les excréments des puces adultes, avant de se transformer en cocon, puis en puces adultes. C’est alors un cercle vicieux qui s’installe et il est de plus en plus compliqué d’éliminer toutes les puces présentes dans l’environnement du chien. Certes, en hiver, le cycle de la puce est ralenti – mais il n’en reste pas moins toujours actif. Le froid ne tue pas non plus les œufs de puces. Les larves peuvent rester dans le cocon jusqu'à trente semaines à onze degrés. Même si le risque de contamination en extérieur est drastiquement réduit lors des périodes hivernales, il ne l’est pas en intérieur. Les puces adorent le confort doux et chaud de nos habitations, qui réunissent d’ailleurs toutes les conditions idéales pour leur développement et leur survie. Ainsi, des œufs pondus précédemment pourront se développer en hiver, bien au chaud dans nos maisons. Au-delà d’être désagréables, les infestations de puces sont douloureuses. Un chien parasité souffre de démangeaisons, de multiples irritations cutanées pouvant aller jusqu’à l’infection.

Prévenir plutôt que guérir

Que ce soit contre les puces ou les tiques, il est impératif de continuer de protéger son chien, même au plus froid de l’hiver. Autrement, cela revient à laisser la porte ouverte aux infestations de puces et aux piqûres de tiques… et donc, aux maladies et autres graves soucis de santé qu’elles entraînent. Toutefois, un antiparasitaire chimique est loin d’être idéal pour protéger vos chiens. Bien qu’extrêmement efficaces, ces traitements sont composés de pesticides puissants et tout aussi toxiques pour la santé de l’animal, de l'humain et de l’environnement. Mais ce sont les seules moyens que nous possédons actuellement pour réaliser une lutte efficace. Ces produits doivent donc faire l’objet d’un usage raisonné.

- Découvrez quelques moyens de lutte en cliquant sur cette phrase -

Lire la suite

Publié le 26 Décembre 2021

CRAPAUDS... ATTENTION A VOS ANIMAUX !

Tous les soirs en ce moment, lors de la dernière sortie "pipi" de la meute dans le jardin, je suis très vigilante, car les crapauds sont de sortie. Étant des éléments importants de la biodiversité, évidemment, ils ont autant le droit que nous d'y être. Je les laisse donc faire leur vie tranquillement.

Mais on veille de très près à ce que les chiens (et cela peut aussi être le cas pour les chats) n'aillent pas tenter de les croquer.... Pourquoi ?  Voici un petit rappel de la Clinique Vétérinaire Foch

Intoxication par les crapauds

L'intoxication par les crapauds est fréquente chez les jeunes animaux joueurs attirés par ces petites bêtes qu'ils trouvent dans l'herbe.Les crapauds ont un  système de défense constitué de glandes qui sécrètent du venin. La pression qui s’exerce sur le crapaud, lors de morsure par exemple, provoque l’éjection du venin.
Le venin ne traverse pas la peau, c’est pourquoi il n’y a pas de danger à prendre un crapaud dans la main. En revanche, s’il est en contact avec les muqueuses de la gueule de l’animal, il pénètre dans le sang et a une action toxique sur le cœur et le système nerveux.
Les premiers symptômes sont une hypersalivation, une démarche anormale, des tremblements, puis cela peut s’accompagner par la suite d’un abattement ou de troubles digestifs (diarrhées, vomissements).


Soyez prudents lors de vos promenades !

En cas de doute contactez la clinique vétérinaire.
 

Fichier sources :

Lire la suite

Rédigé par www.envieszen.com

Publié dans #Chiens ?

Publié le 25 Décembre 2021

Paulo et Snoopy © Denis

Paulo et Snoopy © Denis

Quand deux « gamins » jouent à la bataille, puis se posent pour un gros câlin : on assiste là à un comportement de socialisation.

Mais quand ces deux « zozos » sont de races et de gabarits différents : Altdeutscher Schäferhund (de 52 à 68 cm au garrot, pour 28 à 47 kg) et Chihuahua (de 15 à 20 cm au garrot, pour 500 gr à 3 kg). Doit-on parler de socialisation « intra » ou « inter » spécifique ?

Indices :
« Intra-spécifique » = de la même espèce.
« Inter-spécifique » = d’espèces différentes.

Réponse : les différentes races de chiens (peu importe l’origine, le gabarit, le foyer, la filiation, etc.) appartiennent toute à l’espèce « chien » aussi appelée « Canis familiaris ». On parle donc ici d’une socialisation « intra-spécifique » (de la même espèce).

Maintenant, pour savoir qui l’emporte au jeu de la bataille : le plus grand ou le plus petit, le plus lourd ou le plus léger, le plus puissant ou le plus rapide ? Il faudra demander à Denis. Car l’histoire de David et Goliath nous a prouvé que tout n’est pas qu'une question de taille, ni de force !

 

Lire la suite

Publié le 23 Septembre 2021

Suite à la très mauvaise expérience vécue par l'une de nos adhérentes, lors d'un chantier d'arrachage de Datura, voici un petit rappel utile sur cette bien "mauvaise herbe" :

Attention danger pour les chiens... : la Sétaire glauque !

La sétaire glauque est une graminée annuelle commune généralement considérée comme une mauvaise herbe. Elle mesure de 10 à 50 centimètres haut, avec des embranchements et certains se propagent au niveau du sol. Le limbe des feuilles sont de 10 à 40 centimètres de long. Les capitules sont des épis denses avec du jaune au rougeâtre, vert ou soies. Quand la sétaire arrive à maturité, les graines sont formées au niveau de la partie supérieure de la tige. Les graines sont touffus et donne à la plante le nom de « glauque ».

Attention danger pour les chiens... : la Sétaire glauque !

UN DANGER POUR LES CHIENS

À maturité, les graines se détachent facilement de la plante. C’est de cette façon que la nature à fait en sorte que la plante se reproduise. Les graines adhèrent facilement aux vêtements, fourrures, et aux cheveux. La graine va se déplacer et aller de l’avant pour ainsi pénétrer dans la peau. Des graines ont été trouvées dans les oreilles, les yeux et le nez du chien. Les conséquences sont très graves et peuvent devenir mortelles. Aucune partie du corps de l’animal n’est immunisée. Certaines graines peuvent être retrouvées dans l’urètre, le vagin, les glandes anales, le cerveau et la moelle épinière.

ans un cas, un vétérinaire a trouvé la graine dans le poumon, alors qu’elle était entrée à cause d’une blessure à la patte. Les graines vont donc pouvoir pénétrer par des plaies ouvertes. Très petites les vétérinaires vont habituellement les retrouver en analysant les symptômes.

SYMPTÔME D’INFECTION PAR LA SÉTAIRE

Si votre chien a été infecté par la sétaire, il pourrait présenter différents symptômes. La liste ci dessous va vous permettre de les identifier.

  1. Si elle entre dans la cavité nasale, le chien éternue à plusieurs reprises et souvent violemment à se frapper le nez au sol. Si vous remarquez un écoulement de sang, on peut supposer que c’est à cause d’une graine de sétaire.
  2. Si elle passe dans les yeux, les coins de l’œil, les larmes oculaires conduisent à un œil collé et fermé.
  3. Si la semence est dans l’oreille du chien, il secouera violemment sa tête de droite à gauche.
  4. Si elles passent en bouche, les graines de sétaire peuvent causer des bâillements ou de la difficulté à avaler. Si la semence est prise entre les dents, dans les gencives, la gorge sera inflammée. Des problèmes de langue peuvent également en résulter.
  5. Si les semences de sétaire se logent dans la patte ou sous la peau, une boule va se former ce qui sera douloureuse au toucher.
  6. D’autres symptômes incluent se frotter la tête sur le sol, de tourner en rond, lécher ou mordre au niveau du rectum ou autres parties du corps, en jappant sans raison apparente.

Dans les cas les plus graves, les graines de sétaire peuvent provoquer des accidents mortels quand elles atteignent les organes internes . Dans tous les cas, ne tentez pas de traiter l’animal vous-même. Obtenez de l’aide professionnelle d’un vétérinaire.

COMMENT ÉLIMINER LA SÉTAIRE

Débarrassez-vous de toutes les sétaires dans votre pelouse ou le jardin. Si la sétaire pousse dans votre pelouse tondez l’herbe régulièrement. C’est surtout à la fin du printemps que la plante croît le plus rapidement. Au plus tôt vous débroussaillez, au plus tôt vous empêcherez la plante de produire des graines.

Évitez les parcs ou autres lieux de loisirs où vous savez que la sétaire croît.

Brossez et inspectez la fourrure de votre chien après avoir été dans les zones herbeuses. Les chiens à poils longs sont plus susceptibles d’attirer les graines de sétaire que les races à poils courts. Examinez les yeux et les oreilles de vos chiens.

À votre domicile, brulez là tout simplement jusqu’à disparition complète. Bonne chasse !

 

PS de notre adhérente : "Mes vêtements sont fichus. Car ils sont devenus définitivement urticants. Quant au poil du chien, le passage d'une gaz imbibé d'huile puis de la brosse pourrait être efficace. Sinon, j'ai peur... qu'il faille couper les poils infectés..."

Lire la suite

Publié le 14 Juin 2021

Même si il est souvent difficile de prendre votre chien, avec vous, lors de vos sorties estivales (le nombre le lieux interdits aux chiens étant assez importants) :

Chaleur et voiture = DANGER !

« Pendant le voyage, placez une serviette humide sur la cage de transport de votre animal ou un pain de glace sous son couffin » suggère Laëtitia Barlerin (de La Fondation 30 Millions d’Amis). N’abusez pas de la climatisation : trop froide, elle provoque des problèmes respiratoires, une rhinite ou même une otite. « Faites plus particulièrement attention aux jeunes animaux et aux plus vieux, plus sensibles aux variations de température » ajoute-t-elle.

Enfin, ne laissez pas votre animal enfermé dans la voiture. Un animal peut mourir en quelques minutes dans une voiture laissée en plein soleil. En effet, la température dans l’habitacle peut atteindre et dépasser les 40°C en moins de 10 minutes et être fatale pour l’animal qui s’y retrouve prisonnier.

Coup de chaleur : le bon réflexe

Votre animal halète, a les yeux rouges et respire très vite ? Il est victime d’un coup de chaleur. Il faut alors le rafraîchir au plus vite pour éviter l’œdème cérébral. « Enroulez le corps de votre animal dans une serviette bien humide, humidifier sa bouche et sa tête (à rebrousse poil) puis consultez en urgence un vétérinaire ».

 

Le mauvais réflexe qui peut entraîner un choc thermique : Le baigner ou l'asperger avec une eau très froide ou le faire boire à excès.

 

Que faire si je vois un chien enfermé dans une voiture ?

Que l'animal commence ou pas à ressentir des signes de malaise, agissez immédiatement en prévenant les autorités, police ou gendarmerie (composez le 112 ou le 17). Le chien doit impérativement être extrait du véhicule au plus vite. Selon l'article 20 de la loi du 6 janvier 1999 du Code Rural, vous êtes habilité à faire ouvrir un véhicule stationné en présence des forces de l'ordre si un animal en danger s'y trouve enfermé. Cette loi n’est valable seulement qu’en présence des forces de l’ordre. Si vous intervenez seul et abîmez la voiture du propriétaire du chien, il pourra, malheureusement, se retourner contre vous et vous accuser d’effraction ou de dégradation volontaire de bien. Néanmoins, si les forces de l’ordre tardent à arriver et que l’état de santé de l’animal est particulièrement critique, réunissez autour de vous des témoins pouvant attester du caractère urgent de la situation. Vous pouvez également prendre des photographies pour preuve. Ce que dit la loi, article 122-7 du Code Pénal : « n’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace. » Brissez alors la vitre du véhicule afin de libérer le chien, placez le à l’ombre et procédez à son rafraîchissement progressif. Si vous le pouvez, contacter un vétérinaire afin qu’il vous rejoigne sur le lieu de l’incident pour porter secours à l’animal.

PS : Certains véhicules, notamment un camping car, sont climatisés (même à l'arrêt). Le chien peut donc ronfler tranquillement au frais, ne le dérangez pas !

Lire la suite

Publié le 15 Avril 2021

Les chiots sont remplis d’énergie et ont besoin de la dépenser à leur rythme. Du côté des propriétaires, il est très important de bien choisir les activités à faire avec eux, afin de prévenir les blessures, de même que certains problèmes articulaires présents et à venir. Car l’ossature et la musculature des chiots doivent être suffisamment formées avant de recevoir des chocs importants (que provoquent certaines activités physiques).

« Les plaques de croissance se ferment jusqu’à l’âge de 24 mois chez les chiens de grande race. Ce sont de petites parties plus molles, aux extrémités des os longs, qui assurent la croissance de ceux-ci (voir, ci-dessous, la radio d’un chien de 2 mois, qui montre clairement la distance qui sépare encore les os solides du chiot). Une fois la puberté arrivée, les plaques de croissance se durcissent en se calcifiant. Des activités trop intenses ou des chocs répétés avant la fermeture des plaques peuvent causer des micro-fractures, ou la fermeture trop précoce des plaques et ainsi déformer les os ou l’articulation, ce qui entraînera des problèmes à long terme. C’est pourquoi, avant de pratiquer des sports ou de réaliser certaines activités, il faut bien laisser la musculature se développer afin que le chien puisse encaisser les chocs. »

(Sources : https://mhpcanada.platform.vetoquinol.com)

© https://lesloupsdargoat.jimdofree.com/activite-age-chiot/

© https://lesloupsdargoat.jimdofree.com/activite-age-chiot/

Les chiots peuvent naturellement sauter. Mais il est donc recommandé de ne pas leur imposer ou leur demander de le faire.

Voici, ci-dessous, un tableau indicatif de durée d'activité (selon l’âge et l’activité) à faire avec votre chiot. Rappelez-vous que plus vous faite de chose avec lui, plus il vous en demandera (non pas 2 fois plus, mais 4 fois plus). Vous pouvez donc varier les activités tout en conservant une certaine modération sur l’intensité et la durée.

L’activité des chiots

ATTENTION (chez certaines races de chien de type berger) : Il est parfois recommandé de limiter les jeux de lancée (balle, frisbee…) au risque de renforcer leur instinct de « chiens coureurs-prédateurs » (après tout ce qui bouge : vélos, voitures, chats…). Ces activités doivent donc être particulièrement maitrisées pour qu’ils puissent, plus tard, dissocier les objectifs et les activités.

Il existe une grande variété d’exercice d’éveil à faire avec un chiot, qui le contente autant que l’activité physique (il a tout un monde à découvrir). Ces activités d’éveil sont à privilégier. N’oubliez pas de lui laisser beaucoup de temps de repos. Car le repos est indispensable à sa croissance physique et mentale. 10 minutes de travail par jours suffisent à le satisfaire, sans le saturer.

En cliquant sur le mot "Enrichissements" ci-dessous vous trouverez quelques idées d'activités a réaliser avec votre chiot pour développer sa complicité avec vous et son éveil sans pour autant nuire a sa croissance (même si cette liste n'est pas spécifiquement réalisée pour les chiots).

Enrichissements

Lire la suite

Publié le 15 Avril 2021

La Bretagne est plus épargnée que d'autres régions, par la Maladie de Lyme, mais le risque existe.

Tapis dans l'herbe, accrochée au bout d’une tige, elle est là. Elle attend le passage de votre chien pour s’agripper à son pelage ; se rendre jusqu'à sa peau ; et y enfoncer sa tête pour se nourrir de son sang pendant quelques jours. Alors, ayant doublé de taille, elle tombera de son pelage, repue.

Vous l’avez deviné : je parle bien de la tique, que vous risquez ensuite de retrouver, gonflée de sang, gisant sur le tapis du salon.

Lutter contre les tiques et la maladie de Lyme

La tique nous répugne - et c’est normal. Ce parasite est porteur de trois maladies potentiellement mortelles pour le chien - dont une qui est transmissible à nous, humains.

Dans cette publication, je vous apprends à reconnaitre les symptômes de ces maladies vectorielles - c’est-à-dire, transmises par des parasites. Je vous donne mes astuces pour prévenir l’apparition d’une tique sur votre chien. Et enfin, je vous dévoile le protocole à suivre pour retirer une tique, si, quand bien même, elle a réussi à s’accrocher.

Mon chien a une tique : a-t-il attrapé une maladie mortelle ?

Avant tout, pas de panique. Retrouver une tique sur son chien n’est pas la fin du monde - surtout si on agit vite. La tique a besoin de 24 à 48 heures, fixée dans la peau du chien, pour transmettre un agent pathogène. Donc si vous la retirez immédiatement, le risque est quasi-inexistant. Ensuite, on estime que 30 % des tiques sont porteurs d’un germe. Ce chiffre dépend des régions et de la maladie en question. Pour la maladie de Lyme, par exemple, on estime que 13 % des tiques sont porteuses.

Parlons-en, justement, de la maladie de Lyme

On l’appelle aussi la Borréliose - et c’est la plus redoutée. Peut-être parce qu’elle est transmissible à l’humain ; peut-être parce qu’elle est potentiellement mortelle ; ou peut-être parce que l’Ixode Richinus, la tique transmetteuse, est présente partout en France (un peu moins sur le bassin méditerranéen). Heureusement, il faut minimum 48 heures à une tique pour transmettre la maladie de Lyme. Si vous retrouvez une tique sur votre chien, accrochée depuis plus de 48 heures, observez bien ces symptômes (qui généralement surviennent 2 à 5 mois après la morsure !):

  • une boiterie très douloureuse qui apparait soudainement
  • de la fièvre, un abattement surviennent en même temps
  • parfois, des vomissements.

 

La tique transmet également la Piroplasmose

Aussi appelé Babésiose, cette maladie attaque les globules rouges du chien, qui souffre alors d’une anémie sévère et d’une insuffisance rénale pouvant entrainer la mort. Les symptômes à observer sont, entre autres, une pâleur des babines, des conjonctivites, des urines très foncées, mais aussi de la fièvre. Un vaccin contre la piroplasmose existe, mais il ne fonctionne pas sur tous les animaux, hélas.

Enfin, il y a l’Ehrlichiose

Cette maladie est difficilement reconnaissable, car ses symptômes, qui apparaissent 10 à 20 jours après la morsure, sont très divers et aléatoires : grosse fièvre, fatigue, perte d’appétit, écoulement nasal… Atteint dans sa forme chronique, le chien souffre aussi de troubles hémorragiques divers : pétéchies (petites taches qui apparaissent sur la peau), saignement du nez, sang dans l’urine, anémie… Selon le type d’Ehrlichia en cause, d’autres symptômes peuvent se rencontrer : boiteries, articulations gonflées, dos vouté, diarrhées, vomissements, hémorragies oculaires, etc. Cette maladie concerne surtout les tiques présentes autour de la Méditerranée, dans la vallée du Rhône et le Sud-Ouest.

Pour chacune de ces maladies, il faut vous rendre immédiatement chez un vétérinaire. Seul lui pourra agir pour soigner votre chien. Mais là où vous avez votre rôle à jouer, c’est dans la prévention.

Lutter contre les tiques et la maladie de Lyme

Objectif “saison zéro tique” : trois astuces pour épargner votre chien

Pour protéger votre chien, vous avez deux options. La première, c’est d’envoyer une bombe nucléaire. Elle va tout détruire sur son passage. Tiques, puces, mais aussi épiderme, équilibre endocrinien et j’en passe. Bravecto, Frontline, Seresto… Il s’agit là des pilules, colliers et pipettes aux pesticides. Oui, ils sont diaboliquement efficaces contre les parasites.

Oui, si un jour je récupère un chien particulièrement affecté, j’accepterai d’en utiliser. Mais non, ce n’est pas la méthode que j’utilise (en prévention). Les effets secondaires sont trop dangereux - la balance bénéfices-risque n’en vaut pas la chandelle. Je préfère la combinaison de trois astuces très naturelles qui me permettent de garder mes chiens protégés, sans pesticides, sans risques, sans nuisances...

Première astuce : LE VINAIGRE DES 4 VOLEURS

Le vinaigre des 4 voleurs est un répulsif naturel, que vous étalez sur le pelage du chien. Son odeur va dissuader les tiques, mais aussi les puces, de se loger entre ses poils. Je vous donne la recette pour que vous puissiez le fabriquer vous-même - mais vous pouvez aussi vous le procurer en cliquant sur cette phrase.

Lutter contre les tiques et la maladie de Lyme


En voici la composition (c’est un mélange tout simple) :

  • Le vinaigre de cidre – puissant antibactérien et antiparasitaire naturel, dans lequel ont macéré les plantes suivantes pendant 2 semaines :
  • La lavande – son odeur a un effet répulsif sur les parasites.
  • La menthe poivrée – elle est souvent utilisée en huile essentielle, mais aussi en infusion pour lutter contre les insectes.
  • Le romarin – particulièrement actif contre les puces.
  • La sauge a des propriétés antiseptiques, cicatrisantes et ses feuilles froissées sont très utiles pour calmer les piqures d’insectes (guêpes, moustiques).
  • L’absinthe, en plus d’être un répulsif contre les puces et les tiques, est aussi cultivée dans les jardins pour ses propriétés insecticides et fongicides.
  • La cannelle – son spectre d’action est très large : on estime que 98 % des germes y seraient sensibles – y compris les parasites externes.
  • Le clou de girofle contient une molécule spécifiquement efficace contre les insectes : l’eugénol. C’est une redoutable arme contre les parasites. Couplée au terpinèn-4-ol, présent dans la lavande, cette combinaison d’éléments actifs va permettre une agression fatale contre les puces.
  • L’ail a une forte teneur en huiles essentielles qui couvre l’odeur des acides lactiques contenus dans la peau. Ceux-ci agissent comme mécanisme de repérage pour les tiques et les puces. L’ail réduit donc efficacement leur invasion.

Le vinaigre des 4 voleurs est à appliquer sur tout le corps du chien, en l’étalant avec vos mains. Si vous vivez dans une région infestée de tiques (ou si votre chien aime se baigner), vous pouvez en remettre tous les jours. Sinon, 2 ou 3 fois par semaine suffit (voire une fois par semaine en hiver).

Second remède : LE BAUME ANTI-TIQUES aux huiles essentielles

Je vous partage à présent la recette du baume anti-tiques de Marine Target, naturopathe avec qui nous travaillons de temps en temps. Vous pouvez l'utiliser en plus du vinaigre des 4 voleurs.

  • À 20 ml d’huile de coco bio, ajoutez :
  • 2 gouttes d’huile essentielle de Tea tree
  • 2 gouttes d’huile essentielle de lavande (fine)
  • 2 gouttes d’huile essentielle de géranium (bourbon ou d’Égypte)
  • 2 gouttes d’huile essentielle de cèdre (de virginie ou d’atlas)

En étaler sur les mains sans excès, et étaler à rebrousse-poil sur les pattes (des doigts jusqu’aux épaules/ cuisses) et sous les aisselles. Je masse aussi le bout de l’intérieur des oreilles avec un peu de baume, et je m’essuie les mains dans la queue et la jupe.

Comme ce baume contient des huiles essentielles, il n’est pas adapté aux chats et ne doit pas être mis au contact des yeux.

Troisième astuce : L'INSPECTION QUOTIDIENNE après chaque promenade

C’est un indispensable ! Même protégé, votre chien peut quand même rentrer de balade avec une tique accrochée au poil. Alors papouillez-le et brossez-le, quotidiennement.  Car si la tique est retirée moins de 24 heures après avoir mordu, le risque de maladie est quasi-inexistant. Que faire, si lors d’une séance de fouille, vous retrouver une tique accrochée à sa peau ?

Retirer une tique : des choses à faire, et surtout, des choses à éviter !

L’unique moyen d’enlever une tique est en utilisant un crochet tire-tique. Cela coûte 2 € en pharmacie. Alors soyez sûr de toujours en avoir un à disposition dans vos poches, votre sac, votre vide-poche...

Lutter contre les tiques et la maladie de Lyme

Coincez la tique entre les deux branches du tire-tique, et tournez-le, sans tirer. En tirant, vous risquez de lui arracher la tête, qui resterait plantée dans la peau, créant une infection. Si vous vous contentez de tourner, la tique se détachera d’elle-même. Et surtout, n’utilisez pas d’ether pour endormir la tique. Cette “astuce de grand-mère” est une fausse bonne idée : l’ether peut rendre la tique malade, qui va alors régurgiter - crachant d’éventuels pathogènes directement dans le sang de votre chien.

Restez vigilant(e)s !

Claude LEFEVRE  (vétérinaire)

www.chienvieetsante.com

 

ATTENTION : même en période hivernale ou froide les tiques et les puces restent présents clique sur cette phrase pour en savoir plus.

Lire la suite

Rédigé par Claude LEFEVRE (vétérinaire)

Publié dans #Chiens ?

Publié le 2 Avril 2021

Des expériences menées avec des chiens permettent de mesurer leur capacité à apprendre. © Dirk Waem, AFP

Des expériences menées avec des chiens permettent de mesurer leur capacité à apprendre. © Dirk Waem, AFP

Il est toujours difficile de se mettre dans la peau d’un autre animal que nous et de se poser cette question. Que sont-ils capables de comprendre ? Quelles sont leurs aptitudes à mémoriser, à réfléchir ? On dit souvent que les chiens sont si intelligents qu’il ne leur manque que la parole… Pour répondre à la question, les scientifiques font des tests.

Capacité de déduction

Plaçons un chien devant un écran avec deux images bien distinctes. Le chien doit choisir « la bonne » pour recevoir une récompense, une bonne croquette ! Après plusieurs essais, le chien est capable de se souvenir des images tantôt positives, tantôt négatives. Il fait appel à sa capacité de déduction pour savoir celle qu’il doit sélectionner afin d’être récompensé.

De tous les animaux, le chien est le seul à répondre positivement aux indications de l’homme. Si le loup continue de s’acharner quand il n’obtient pas ce qu’il veut, le chien, animal domestique, peut demander de l’aide à l’homme et il sait interpréter nos signaux et même nos émotions. Le chien sait imiter, recopier des actions. Ce comportement rend le chien attachant. Sans doute exagérons-nous à vouloir lui attribuer des comportements complexes, ce qui révèle plutôt notre envie de le voir à notre image !

Michel CABARET, directeur de l’Espace des sciences. Ouest-France

Retrouver l'article origine ici.

 

Lire la suite

Rédigé par Michel CABARET, directeur de l’Espace des sciences. Ouest-France

Publié dans #Chiens ?